Informations tirées de "la lettre d'Emmaüs France"

Vous trouverez ci-dessous les titres de la lettre d'Emmaüs France dont vous pourrez lire le détail sur le site ci-contre dans la rubrique "publications".

La pauvreté n'est pas un crime

A voir et faire connaître :

La pauvreté n'est pas un crime

Lettre n°70 septembre 2010

  • "Grossir les rangs des sans-papiers". Le dernier projet de loi sur l'immigration sera débattu le 27/09/10 par les députés. p3
  • "La rétention, nouvelle arme de dissuasion". Les réponses de plus en plus répressives du gouvernement. p4
  • "Zones d'ombre". La possibilité de créer davantage de zones d'attente pour l'immigration. p5
  • "Délit de solidarité: la menace est toujours là". Les accompagnants de sans-papiers peuvent encore être placés en garde à vue. p6
  • "Les exilés de la crise". Les communautés d'Emmaüs proches des frontières d'Espagne accueillent ceux qui fuient la crise dans le plus grand dénuement. p7

Lettre n°71 octobre 2010

Ce numéro est un dossier dédié aux défis de la jeunesse.
  • Existe-t-il une politique tournée vers ceux qui seront les moteurs de l'économie de demain? Quel rôle peut prendre Emmaüs?  p2
  • L'accompagnement sur le chemin de l'emploi par Emmaüs. p3
  • Emmaüs Synergie. Redonner aux jeunes en situation d'exclusion du lien avec les institutions et avec sa famille. p4
  • Des actions locales pour les étudiants en difficulté; une aide appréciable et appréciée. p5
  • Angoisses et attentes des jeunes. p6
  • Les roms accueillis à Choisy-le-Roi: une réponse urgente à un problème que l'état doit gérer de manière humaine selon les principes de la république. p7
  • Portrait d'un jeune qui retrouve sa place...p8

Lettre n°72 Novembre 2010

Ce numéro porte sur le thème de l'insertion à l'heure actuelle.
  • Le gouvernement affaiblit les contrats aidés et les structures d'insertion par une politique de rigueur insoutenable pour les plus touchés par la crise. p2
  • Les offres d'Emmaüs dans ce domaine ont plus que jamais une importance capitale. En effet, la diversité des parcours et des problématiques individuelles ne peuvent avoir une solution unique. p3
  • La question du temps nécessaire à l'insertion. Le cas du CDI dans les structures d'Emmaüs. p4
  • L'association "Coup de main" et les Roms: de l'assistance à la professionnalisation. p5
  • L'insertion face aux réformes gouvernementales. p6
  • L'accès au soin des plus démunis est de plus en plus tardive. p7
  • Portrait d'une femme libre. p8

Lettre n°73 Décembre 2010 -Janvier 2011

Cette nouvelle lettre présente Emmaüs comme une alternative à la société à l'économie libérale sauvage. C'est un système d'économie solidaire que nous construisons chaque jour. L'homme est au centre de cette économie. (Editorial de Ch. Deltombe, p2)

Emmaüs comme dernier rempart à l'exclusion grâce à des idées pionnières: contre la loi du plus fort les ressources des faibles, contre le gaspillage le recyclage, contre la force de la monnaie le don. (S. Martinez, p3)

Le modèle particulier qui fonctionne chez Emmaüs c'est un système d'échange non marchand fondé sur un réseau social. (D. Cérézuelle, p4)

C'est la personnes avec ses compétences actuelles et potentielles et non celles qu'on voudrait qu'il ait, c'est le respect du rythme individuel de chaque acteur de la communauté et non celui qui est imposé par une économie de l'immédiat, c'est le projet collectif et non l'individualisme qui font d'Emmaüs un système à part. (P. Gomez, p5)

L'économie solidaire est une vraie économie alternative. Contrairement à un mythe d'une économie marchande rentable et un monde associatif sous perfusion, la réalité actuelle nous prouve le contraire; les entreprises traditionnelles sont sous perfusion de subventions et les associations assurent une rentabilité sociale et économique. Bien entendu il faut penser à un système hybride. (J-L Laville, p6)

Une alternative développée par Le Relais dans le vêtement prouve que l'on peut devenir un employeur qui recrute et une entreprise compétitive. Et pourtant au centre du dispositif ce n'est pas le profit mais l'humain qui trône. (P. Milleville, p7)

La décroissance...des inégalités naît dans les idées qui apparaissent en marge de la société, en alternative à la croissance et à la course à l'abondance qui détruit tout et surtout l'homme. (P. Ariès, p8)

Les compagnons sont devenus des experts en recyclage alliant ainsi économie et écologie. Ainsi également le développement durable passe par le développement d'humains. (Ph. Thierry, p9)

On meurt dans nos rues! Les écarts se creusent avec la crise. Ainsi si l'espérance de vie augmente dans la population ayant accès à une vie décente, elle diminue dans la rue où l'on meurt en moyenne à 45 ans. (Ch. Louis, p10)

La défense des emplois de l'économie solidaire. p11

La vie d'un homme libre: portrait d'un compagnon. p12

Lettre n°74 février 2011

Ce numéro est consacré aux actions en banlieue.

L'éditorial de Patrick Doutreligne (délég. général de la Fondation Abbé Pierre) porte sur le rapport que la fondation a publié à propos du mal-logement. La durée et l'étendue sociale du mal-logement n'a fait qu'augmenter. Les choix politiques actuels sont catastrophiques et doivent absolument changer. (p2)

Zone de pauvreté Prioritaire (S.Martinez, p3). L'enclavement des ZUS n'est pas que géographique. Il est économique et social. Emmaüs intervient pour créer des passerelles pour rompre l'isolement et créer de l'emploi. Exemple de Marseille.

Aux côtés des habitants (p4). La création des postes "d'adultes relais" dans les quartiers défavorisés de Boulogne-sur-mer est un dispositif qui permet de désamorcer une situation difficile, guider vers les services d'aide, signaler un problème, apaiser. Des anciens compagnons occupent ces postes et créent un lien identifié à Emmaüs.

Des compagnons en tandem avec des jeunes des cités (p5). A Neuilly-Plaisance une expérience intéressante naît de la rencontre de jeunes primo-délinquants avec des compagnons. Dans le concret du travail, dans l'exemplarité de l'homme qu'on respecte et qui est debout, sans jugement des adultes, les jeunes peuvent prouver qu'ils sont bon à tout et pas à rien.

Impliquer les gens des quartiers dans le militantisme (p6). La sociologue Dan Ferrand Echmann explique l'importance des associations pour donner une place à l'expression des toutes ces vies mises en sourdine dans les cités.

Mise en exergue du livre "Manifeste d'économistes atterrés" écrit par un collectif d'économistes (p7). Dénonciation des schémas de pensée imposés et pourtant absurdes. Non, la réduction des budgets publics et des aides publiques à l'emploi ne diminue pas la dette!

Un boulot pour repartir à zéro. Un portrait illustrant parfaitement la mission première d'Emmaüs, son étymologie même: redonner de l'espoir. Portrait d'une jeune qui rebondit pour se lancer dans la vie professionnelle, et la vie tout court!
POUR LA SOLIDARITE - POUR L'ACCUEIL - POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE - POUR L'INSERTION -POUR L'HEBERGEMENT et DES LOGEMENTS DECENTS - CONTRE L'ENDETTEMENT - CONTRE L'EXCLUSION - CONTRE LA MISERE - CONTRE L'INJUSTICE

La lettre d'Emmaüs France



Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : lundi 30 octobre 2017